Drames piscine/mer : 5 erreurs à ne pas commettre

Les drames liés en mer ou en piscines sont nombreux et peuvent pourtant être évités.

Quelques erreurs à éviter.
Qui dit chaleur, soleil dit direction point d’eau. L’arrivée des beaux jours s’accorde souvent avec l’envie de profiter de se baigner en mer ou en piscine.
Mais avant d’y plonger, il est capital de garder en tête une règle vitale : dix secondes d’inattention et un drame peut arriver…

« Le drame qui s’est déroulé, ce lundi 19 avril, dans une piscine familiale à Péage-de-Roussillon, en Isère, vient tristement rappeler une réalité alarmante : les noyades constituent la deuxième cause de décès accidentel, après les accidents de la route, chez les enfants de 1 à 4 ans. »

Pour éviter que ces accidents ne se multiplient, il existe quelques astuces simples, incontournables et précieuses. Exemple avec ces cinq erreur à ne pas commettre et garder dans un coin de sa tête :


#Erreur 1 : Laisser un enfant seul

La baignade d’un enfant doit faire l’objet d’une surveillance permanente de l’adulte. Par conséquent, un petit ne doit JAMAIS rester seul, car 15 centimètres d’eau et quelques secondes d’inattention suffisent à entraîner une noyade.

Si vous êtes en dehors de la piscine, pensez à garder près de vous une perche ou un objet flottant (comme une frite ou bouée) afin de venir en aide à une personne en détresse, et ce, le plus rapidement possible.

De plus, le rôle d’un adulte est également de responsabiliser les jeunes utilisateurs. C’est donc à vous de rappeler qu’il ne faut pas se bousculer dans un bassin, ne pas s’agripper, ou encore ne pas plonger…


#Erreur 2 : Laisser un accès ouvert à la piscine

L’installation d’un dispositif de sécurité normalisé pour les piscines familiales est obligatoire, depuis le 3 janvier 2003. Si vous ne respectez pas cette obligation, vous risquez une amende maximum de 45 000 euros, voire l’emprisonnement en cas de noyade mortelle.

Parmi ces installations, vous avez le choix entre quatre dispositifs :

  1. une barrière mesurant au minimum 1m10 de hauteur et munie d’un portillon,
  2. une couverture fermant le bassin,
  3. une alarme sonore placée à la surface de l’eau,
  4. un abri de piscine entièrement fermé.

Évidemment, vous êtes libre de choisir l’installation qui vous convient le mieux et surtout, n’hésitez pas à multiplier les dispositifs de sécurité. De plus, si votre piscine est hors sol, pensez systématiquement à retirer l’échelle pour que votre enfant ne tente pas de l’escalader.

Rappel : après chaque baignade, sortez de l’eau tous les objets flottants (jouets, perches, bouées, matelas gonflables…) qui sont susceptibles de tenter les petits curieux.


#Erreur 3 : Oublier le matériel adéquat

À proximité de la piscine, équipez votre enfant de brassards afin d’éviter les risques de noyade liés aux chutes accidentelles. De plus, une fois dans l’eau, ces petites bouées sont fortement recommandées, et ce, même avec la présence d’un adulte responsable de la surveillance.

#Erreur 4 : Occultez la phase de sensibilisation aux dangers

Au-delà de toutes ces règles de base, un élément reste essentiel : la discussion. En effet, malgré son jeune âge, un petit peut très vite comprendre la notion de danger. Pour cela, il vous suffit de lui apprendre, avec des mots simples, les risques liés à la baignade.

Dans l’idéal, les enfants de 5 à 6 ans doivent être familiarisés sur ces dangers et à l’eau pour avoir le bon réflexes en cas de problème. Par conséquent, il est recommandé de leur apprendre à nager et de se former aux gestes de secours pour savoir réagir en cas de noyade.


#Erreur 5 : Ne pas avoir les bons réflexes

Si, malgré toutes ces mesures de prévention, un enfant est en danger de noyade, voici les gestes de premiers secours à adopter en urgence :

Sortez rapidement la victime de l’eau, recouvrez-la d’une couverture et prévenez immédiatement les secours (le 15, le 18 ou le 112). Ensuite, aidez-la à dégager ses voies respiratoires en basculant sa tête vers l’arrière ou en la mettant en position semi-assise.

Victime qui respire et inconsciente : mettez-la en position latérale de sécurité, (allongez-la sur le côté, en croisant sa jambe supérieure) et ouvrez sa bouche vers le bas de façon à éviter tout risque de suffocation.

Victime qui ne respire plus et inconsciente : 5 insufflations (bouche-à-bouche) puis entamer une réanimation cardiaque : réalisez 30 compressions du poumon alternées de 2 bouche-à-bouche, jusqu’à la reprise de la respiration ou l’intervention des secours.

Attention, ne donnez jamais à boire ou à manger à une victime de noyade et évitez de la faire vomir juste après être sortie de l’eau.

Des rappels nécessaires à l’approche des beaux jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.