Histoire de la Brasse-PAPILLON

LA BRASSE PAPILLON

La plus jeune des nages codifiées reconnues par la F.I.N.A. (Fédération Internationale de Natation Amateur), est née de l’imprécision du règlement de la Brasse.
Cependant, des gravures de l’Antiquité laissent à penser que la brasse papillon possède des origines très anciennes, étant donné que ce mode de déplacement ondulant, n’est pas sans rappeler le mode de locomotion des poissons.

Comme un air de « Bêtise de Cambrai » ce papillon, vous savez ces petits bonbons qui ont été conçues en faisant une erreur dans la fabrication…..
Hummm, les bêêêtises, bref…..

Selon une anecdote, un « brasseur » allemand, Erich Rademacher, trouva plus rentable en 1926, d’effectuer le retour des bras en Brasse, au-dessus de la surface de l’eau. Après de multiples aléas, protestations et interprétations du règlement, cette nouvelle technique « Brasse Papillon » fut de plus en plus utilisée dans les années 30.

 

New Look : la brasse papillon ?

Cette brasse « new look » était plus rapide, mais aussi plus éprouvante. Le règlement évoluant, les courses de Brasse devaient se nager soit en « Brasse Classique » (retour des bras sous l’eau), soit en « Brasse Papillon ».
A partir de ce moment-là (l’utilisation des jambes en Brasse Papillon (coups de pied de Brasse), nageurs et entraîneurs recherchèrent d’autres moyens d’aller plus vite. Le « coup de pied » de brasse considéré comme trop « freinant » évolua vers un abandon pur et simple de ce mouvement (laisser traîner les jambes) en faveur du mouvement type dauphin.
1952 : Pour les Jo, la compétition sur le 200m brasse, fut terminé par tous les concurrents en brasse papillon. Après ce JO, la fédération décide donc de créer un nouveau style de nage « le papillon ».

1953 : le papillon apparaît donc comme une nouvelle nage, le Hongrois Tembeck perfectionne le papillon, en introduisant son ondulation au niveau des jambes (toujours la technique du dauphin).

 

Que dit la réglementation sur la nage Papillon?

Celle-ci n’impose nullement le mouvement de jambes de type ondulatoire, ni d’ailleurs le ciseau. Il stipule seulement l’interdiction de mouvements alternatifs. Naturellement, le « dauphin » s’impose très vite comme propulsion favorite, car plus efficace. La forme globale du « dauphin » était bien connue avant cette utilisation systématique en Papillon, mais elle ne pouvait être utilisée qu’en Nage Libre.
1956 : Aux J.O, les courses de Papillon-dauphin faisaient leur entrée à part entière, avec des techniques très différentes, notamment dans l’utilisation des jambes en dauphin, et surtout dans le rythme de la nage (nombre d’ondulations par cycle de bras, longueur des immersions, amplitude des ondulations).

1980 : il y a une nette amélioration sur la technique des ondulations.

 

Pourquoi, finalement un retour aérien des bras ?

Le retour aérien des bras est plus efficace, en raison de l’augmentation de l’amplitude du trajet moteur des bras et de la diminution de la résistance à l’avancement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge