A partir de quel âge, mon enfant peut-il apprendre à nager?

Pourquoi les enfants ne peuvent-ils pas apprendre à nager avant 5 ans ?


 

C’est simple, c’est une question de morphologie et de maturité. Un enfant en dessous de 5 ans n’a pas la concentration ou du moins, à une concentration très courte. Ce qui l’empêche d’être attentif aux consignes et donc aux conseils techniques. Son seul besoin est de JOUER !!!!

Vous vous dites mais il est possible d’apprendre en jouant ??!!!

Oui c’est exact, mais pas une nage « codifié » !!!!

Avant 5 ans, il faut familiariser l’enfant à l’eau….. donc jouer et donc apprendre.

Pour mieux comprendre, voici les différentes caractéristiques d’un enfant de moins de 5 ans :

1. Deux caractéristiques essentielles :

• La croissance est le développement progressif d’un « être vivant ». Augmentation mesurable de l’organisme (quantitatif).
• La maturation est l’ensemble des phénomènes biologiques, physiologiques et sociaux qui permettent d’arriver à la maturité. Modification internes de l’organisme en voie de croissance, elle s’exprime en changement qualitatif.

2. Biomécanique :

La croissance s’analyse sur 2 niveaux :

La macro-croissance : modification morphologique :

2 pics de croissance :
– de 0 à 5 ans :
• augmentation des membres inférieurs pour 2/3,
• colonne vertébrale pour 1/3

– Puis au cours de la puberté :
• développement de la colonne vertébrale 2/3,
• 1/3 pour les membres supérieurs.

La macro-croissance : construction osseuse

Par addition de substances minérales (eau, sels minéraux,…) le cartilage de l’os, se durcit progressivement.
Une fois que le développement définitif est atteint, celui-ci conserve des plaques cartilagineuses appelées : cartilage de conjugaison.
Cette structure osseuse « inachevée » est « fragile » pour les muscles chargés de tracter les différents leviers pour produire le mouvement.

Conséquences pédagogiques :
Les exercices analytiques de renforcement musculaire ou d’étirement provoquant des tractions ou des pressions sont susceptibles d’entraîner des lésions.
On préférera un travail de la force et de la souplesse répartissant la charge sur l’ensemble des chaînes musculaire.

3. Bio-informationnnel :

La maturation :
Les capacités physiques de l’enfant dépendent du développement de son système nerveux et de la confrontation avec l’environnement.
La maturation du système nerveux progresse vite la 1ère année de la vie et continue lentement sa progression, jusqu’à son quasi achèvement vers l’âge de 10 ans.

Conséquences pédagogiques :
L’animateur, le parent doit :
• Permettre à l’enfant de mettre ses centres nerveux en éveil :
– par des situations variées,
– des aménagements sans cesse renouvelés.
• Tenir compte des différences liés au rythme personnel de maturation de l’enfant.
Afin qu’il puisse s’investir en trouvant ses solutions.
Cette analyse l’aidera à développer et à stabiliser de nouvelles connexions nerveuses.

4. Bio-énergétique :

Tenir comptes des capacités physiologiques de l’enfant.
Amenez à solliciter chez l’enfant la mise en jeu :

  • la filière aérobie (l’endurance)
  • la filière anaérobie alactique (effort bref de 0 à 7 secondes, départ d’un sprint)
  • la filière anaérobie lactique (effort court et intense)

Sachant que les 2 premières sont dominantes.

Filière aérobie
• Sur la durée de l’effort
• Permet d’améliorer de façon durable les processus de production d’énergie
Filière anaérobie alactique :
• Rapidité de mise en route
• Trop peu de temps pour enclencher les fonctions cardio respiratoire et vasculaire

Filière anaérobie lactique :
• Intensité élevée avec insuffisance de quantité d’oxygène
• Filière fortement déconseillée

Conséquences pédagogique :
• rechercher des situations motivantes
« Voir lien sur l’article quel exercice pour un enfant de moins de 5 ans ? »

Petit résumé :

Les principes fondamentaux de l’apprentissage :
1. Représentation claire du but à atteindre (optimisation de la performance)
2. Connaissance précise du résultat
3. Réussir à entretenir la motivation
4. Répéter des situations identiques (permet de stabiliser leurs apprentissages)
5. Confrontation systématique avec des situations aussi variées que possible (permet d’élargir et de généraliser les acquisitions)
6. Recherche permanente de la solution la moins coûteuse pour le sujet

Je vais faire un aparté mais ces 6 principes fondamentaux pour l’enfant me font penser à un livre que j’ai lu, il y a très peu de temps :
Comment développer son leadership ?
http://www.amazon.fr/Comment-d%C3%A9velopper-son-leadership-pr%C3%A9ceptes/dp/2708132229

Et pour être un bon leadership, il y a 6 fondamentaux :

1. Signalez l’avenir
2. Engagez les personnes et faites-les grandir
3. Réinventer sans cesse
4. Valorisez les résultats et les relations
5. Incarnez les valeurs
6. Réfléchissez toujours

Prenez les 6 premières lettres des 6 fondamentaux, cela vous donnera le mot SERVIR !!!! … mais ceci est un autre sujet…
Mais tout de même ne trouvez-vous pas qu’il y a des similitudes ?
Je vous le recommande ce livre et son petit frère  » Le Manager Minute » !

http://www.amazon.fr/manager-minute-Ken-Blanchard/dp/2708137778/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1391537671&sr=1-1&keywords=le+manager+minutes

Conclusion :

Les sciences humaines sont l’étude des séquences qui divisent le cheminement de l’enfant vers l’adulte.
Citation de FREUD-LACAN :  » La où « ça » était, « je » dois advenir est c’est un dur travail de culture semblable à la conquête des Zuiderzee sur la mer. »

Le travail intellectuel conduit à la transformation de ça en-je, c’est à dire en sujet pensant et acteur.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge